Contenu

Les bourgs sommitaux

L’exemple de Pléchâtel

JPEG - 321 ko
Coupe de Pléchâtel, implantation du bourg sur un point haut dominant la vallée de la Vilaine
JPEG - 176.6 ko
Saint-Séglin, Saint-Père-Marc-en-Poulet et Tinténiac (de gauche à droite)

Caractères du bourg sommital

Localisation : répartis sur l’ensemble des unités vallonnées.
Implantation initiale : en ligne de crête.
Motifs d’implantation : divers, le plus souvent lié à la présence d’une voie. Permet de conserver les meilleures terres agricoles des coteaux et de la vallée.
Mode de développement : les constructions sont initialement regroupées aux abords de l’église, en point haut, ou en front de rue descendant le coteau. Le bourg se développe généralement sur le coteau sous forme de nappes de lotissements ou de développements linéaires. Les constructions ponctuelles sur les coteaux sont souvent associées aux exploitations agricoles ou au mitage de l’espace cultivé des coteaux.
Paysage : ce type de bourg est un modèle paysager très fréquent en Ille-et-Vilaine. Il est directement associé au paysage agricole. Sa perception est différente en fonction de la densité de la trame arborée présente en ligne de crête ou sur les coteaux.
L’impact paysager de ce modèle tient à la lecture de son volume dont une partie se détache sur l’horizon. La ligne de crête est très sensible.
Pour les bourgs ayant connu un développement limité, il est possible de trouver des franges urbaines, entre le bourg ancien et l’espace agricole, préservées des extensions pavillonnaires. La pente du terrain permet d’apprécier la transition progressive du paysage de jardin avec verger vers l’espace agricole des champs ouverts.
Cette lecture n’est généralement plus possible en raison des nappes de lotissements qui dévalent les coteaux.
La trame bocagère du coteau a souvent disparu sans pour autant que des lignes de toits ne viennent ancrer la masse bâtie dans une relation avec la topographie de coteau.
En bas de pente, sur des surfaces plus planes, les activités ont pu se développer. Elles marquent les entrées de bourg et deviennent le premier plan des vues axées sur l’église, notamment sur l’ancienne route de Saint-Malo.
La position de l’église sur le sommet offre aussi une lecture des reliefs du site, que vient renforcer les effets de perspective des voies qui souvent convergent vers le clocher.

JPEG - 563.2 ko
Pléchâtel, l’urbanisation des coteaux crée un socle à l’église
L’analyse des perspectives lointaines, de découverte progressive du bourg, devrait conduire à éviter les impacts très forts de constructions récentes en matériaux très clairs.
JPEG - 231.6 ko
Bourg-des-Comptes
La confluence de la Vilaine et du ruisseau de la Chalouzais a dégagé une dorsale sur laquelle le bourg s’est développé en privilégiant une orientation est-ouest vers la Vilaine, jusqu’à atteindre les abords des rives. Par extensions successives banalisées, les pavillons se sont répandus sur le coteau, aux abords du site remarquable de la Courbe.
JPEG - 345.2 ko
Sion-les-Mines, commune de Loire-Atlantique, en limite du département d’Ille-et-Vilaine
Les lignes de crête sont les lieux privilégiés d’implantation des bourgs sommitaux… et des éoliennes. L’étude d’impact n’a semble-t-il été faite que du côté de la Loire-Atlantique…

A lire également :