Contenu

Au sud du bassin de Rennes, des reliefs alignés d’est en ouest


JPEG - 818.3 ko
Reliefs alignés vers le Plessis-Thuaux
Paysage caractéristique de crêtes souvent gréseuses et boisées et de vallées plus ouvertes. La distance entre crêtes successives est variable mais beaucoup de vallées ont cette forme et cette échelle caractéristique.

Une succession de plis amples

Épargné par les intrusions granitiques, le sud du bassin de Rennes se distingue par des reliefs alignés faisant se succéder crêtes et vallées.

Ces formes résultent d’une alternance de schistes et de grès (d’âge ordovicien à silurien, soit 400 à 500 millions d’années) recouvrant en partie le socle briovérien. Leurs affleurements sont réglés par un vaste système d’amples plissements orientés est-ouest affectant les sédiments au Paléozoïque. Ainsi, le long d’un trajet nord-sud, les barres gréseuses succédent aux dépressions schisteuses en séquences relativement régulières.

Hormis la Vilaine qui est parvenue à traverser cet ensemble du nord vers le sud, les cours d’eau ont eu tendance à être canalisés par les crêtes dont ils suivent l’orientation. Les sillons prennent alors l’allure de vallées ouvertes, assez larges.

L’armature des grès armoricains

A cet alignement des reliefs, il faut ajouter le caractère particulièrement résistant du grès armoricain, qui explique la formation de crêtes plus élevées, et la présence ici des points les plus hauts du département (258 m dans la forêt de Paimpont).

A ces alternances de résistance de roches s’ajoutent les différences de composition et de sols qui les recouvrent : forêts et boisement souvent issus de landes reconverties sur les substrats les plus sableux, agriculture dominante sur les schistes.

Parmi ces strates, des formations originales, telles que les schistes pourprés, apportent à l’architecture des caractéristiques locales originales.

JPEG - 1.3 Mo
Affleurements de grès près de Saint-Just
Entre les affleurements, les sols des massifs gréseux sont souvent pauvres et difficiles à mettre en culture, et ont longtemps porté des landes qui tendent à se convertir aujourd’hui en forêt. En contrebas de la barre de grès apparaissent les terres cultivées alors qu’à l’arrière-plan, une nouvelle barre ferme l’horizon.

Le prolongement des reliefs des Landes de Lanvaux

A l’extrémité sud-ouest département, vers Redon, ce système de plissements rejoint celui des landes de Lanvaux, d’orientation similaire, isolant la dépression briovérienne de Guipry-Messac au cœur des reliefs plissés.

JPEG - 1.8 Mo
Carte géologique et relief vers le sud du département
La mise en relief permet de souligner les différences d’altitude et d’organisation entre les schistes briovériens (bassin de Rennes (1a), dépression de Guipry-Messac (1b)) et les secteurs plissés. Les alignements sont plus ou moins réguliers : alternances rapides de schistes et de grès (2) ou massifs de grès armoricains bien identifiables (3a) ou fortement altérés (3b). Localement, ce sont des filons de quartz qui viennent soutenir les reliefs (4). Alors que la plupart des vallées, comme le Semnon (s), suivent l’orientation des plis, la Vilaine(v) recoupe les plis en dessinant des formes variées.
(autres repères : r = sud de l’agglomération de Rennes ; b = Bain-de-Bretagne)